Claude Monet impressionnisme

L’impressionnisme peintres impressionnistes

L’Impressionnisme c’est traduire la sensation vécue, l’impression du moment, la terre, l’eau, le ciel, la lumière.

Qu’est ce que l’Impressionnisme ?

Un mouvement est né l’Impressionnisme. Qu’est ce que l’Impressionnisme ? La peinture impressionniste va révolutionner la fin du 19e siècle. Pourquoi parler de peintures, de tableaux  ? Un antiquaire est amené, un jour, à  acheter des toiles, évidemment pas aussi prestigieuses que celles-ci. Le site d’antiquités de Catherine est documenté par des œuvres qui forment l’œil.

Traduire la sensation vécue, l’impression du moment, la terre, l’eau, le ciel, la lumière.

En 1874, l’avenir repose entre les mains d’un petit groupe d’artistes. En fait, ces peintres sont mécontents du climat rétrograde et académique qui règne dans les salons de peinture. Ils s’appellent : Degas, Claude Monet, Camille Pissaro, Cézanne, Cals, Bracquemont, De Nittis, Renoir et Berthe Morisot. Ils se connaissent tous.

“Donc, n’ayant trouvé de lieu pour exposer officiellement leur peinture, ils ont transformé en galerie les ateliers du photographe Nadar au boulevard des Capucines. Edmond Renoir, frère de l’un d’entre eux, chargé de préparer le catalogue de l’exposition, a présenté une toile de Claude Monet sous le titre Impression, Soleil levant. “Impression” ! Par contre, le mot déchaine le rire d’une société au matérialisme profond. Ce n’est pas un sujet de tableau affirme le critique Charivari qui fulmine contre cette première exposition des impressionnistes.

impressionnisme Claude Monet, Impression Soleil Levant
L’impressionnisme : Claude Monet, Impression Soleil Levant

Un mouvement est né l’Impressionnisme

Cependant, Le mot fera école en devenant le cri de guerre de ce groupe d’artistes. Un mouvement vient de naître au milieu des oppositions et des difficultés de toutes sortes. Difficultés qui s’avéreront l’expérience la plus riche, la plus féconde de l’art figuratif. En quelques années, la peinture va devenir le phare de cette époque. Par la suite, elle va permettre la mutation des idées et des jugements esthétiques, à l’aube des temps modernes. La nouveauté de l’Impressionnisme tient dans le style et la technique picturale qui dissocie les formes et les couleurs pour imposer d’autres nuances aux choses.

“C’est ainsi, que ces artistes impressionnistes scandaliseront leurs contemporains avec leurs fameuses ombres bleues. Les récentes découvertes optiques du chimiste Chevreul, ses expériences sur les couleurs et les effets chromatiques donnent un fondement scientifique aux recherches de ces artistes.

L’équilibre, l’émotion des impressionnistes

L’œil et la main”, disait Manet à son ami le poète Mallarmé, sont les seuls instruments dont dispose le peintre. L’œil perçoit, la main traduit sa vision sur la toile, sans qu’aucun préjugé formel, littéraire ou culturel vienne s’interposer entre elle et la réalité vivante.

“L’équilibre ainsi obtenu entre la réception optique et l’émotion qu’elle provoque, sera la plus haute conquête de l’Impressionnisme. D’autre part, l’attitude de l’artiste face au monde et au spectacle de la vie, son autonomie acquise devant le sujet, vont faire de lui le peintre du mouvement, de la lumière et du flou, quittant les atmosphères artificielles des ateliers pour se tourner vers les scènes, sans cesse renouvelées de la vie quotidienne. A l’atmosphère suspendue des paysages de Daubigny, les impressionnistes subsistent leur vision chaude. Où la lumière donne la vie aux choses, les transforme pour dérouter les esprits, se combine à l’air et à l’eau, éléments indicibles et, de ce fait, tant aimés de ces peintres, pour les faire jouer en harmonies subtiles sur d’infinies variations.

Charles François Daubigny
Paysage de Charles François Daubigny

Le mouvement la fuite

A la quiétude contemplative de Corot, ils opposent la fugacité du rapport direct avec la nature, remplaçant l’image objectif de Courbet par une interprétation à la fois visuelle et sentimentale des aspects d’un monde en perpétuel changement. C’est le grand thème que cette fin de siècle oppose au matérialisme triomphant. Le mouvement, la fuite ! “Fuir, là-bas, fuir…”, avait écrit Mallarmé et, avec lui, c’est toute une époque qui s’élance. Rodin découvre le mouvement dans la sculpture. Debussy exprime dans sa musique l’insaisissable. La poésie s’est vouée au vers libre. La pensée philosophique révèle, grâce à Bergson, la valeur de l’intuition et du temps. Les impressionnistes vont conjuguer ce temps avec la lumière pour ouvrir la voie à ce grand mouvement libérateur : l’Impressionnisme.

Les précurseurs de l’Impressionnisme : Johan Barthold Jongking, Eugène Boudin

On ne peut évoquer l’histoire de l’Impressionnisme sans narrer les personnalités de quelques peintres. Leur œuvre s’inscrit en marge de ce grand mouvement. C’est le cas de Boudin et de Jongking qui peuvent être considérés comme des précurseurs.

Johan Barthold Jongkind précurseur de l'Impressionnisme
Johan Barthold Jongkind précurseur de l’Impressionnisme.
Paysage aquarelle, Grenoble Musée des Beaux-Arts

On a dit d’Eugène Boudin qu’il fut le peintre des ciels de sa côte natale de Honfleur. Il est vrai qu’il sut rendre, mieux qu’un autre, les milles nuances de l’azur au-dessus de la mer selon l’heure et la saison et la vive animation des plages peuplées alors de redingotes et de crinolines.

Eugène Boudin
Eugène Boudin

Ces thèmes très en vogue chez les artistes sont simples et traités avec spontanéité dans une participation émue et sincère de la vie quotidienne. Avant Monet, Eugène Boudin a su traduire la transparence d’un ciel, l’immensité vaporeuse de l’eau et l’enchevêtrement des mâts dans le soleil couchant d’un estuaire brumeux. Si Boudin a su apporter une dimension et une fraicheur au thème classique de la Marine, Jongkind cherche dans le spectacle de la nature une réponse à son inquiétude intérieure. Il partage sa vie tourmentée entre Paris, les côtes normandes et le Dauphiné. Il poursuit la tradition paysagiste de sa Hollande natale.

le Salon des Refusés 1863

En 1863, le Salon des Refusés ouvre à l’initiative de Napoléon III jugeant le jury officiel trop sévère. Aussi, ce salon accueille les peintres victimes de la partialité du jury. On peut y remarquer une harmonie de teintes laiteuses signée par un Américain. C’est James Whistler. Un passionné de l’art japonais. Il introduit dans la peinture une grande liberté à l’égard de l’angle perspectif. Ce que les peintres impressionnistes vont largement utiliser montant la ligne d’horizon jusqu’au bord supérieur de la toile ou la descendant très bas suivant l’exemple des effets photographiques.

il réussit à exprimer dans ses tableaux et en particulier dans ses portraits un équilibre très subtil. Subtilité faite d’élégance formelle avec des accords savants et précieux entre les tonalités d’une couleur unique. En 1867, constatant leurs toiles toujours refusés par le jury du Salon, Alfred Sisley, Bazille, Renoir, Camille Pissarro et Monet signent une pétition pour avoir un espace destiné à leurs œuvres, mais sans résultat.

james abbott mc neill whistler
James Abbott Whistler

Naissance de l’impressionnisme

La naissance de l’impressionnisme est le début d’une longue série d’articles sur les peintres impressionnistes. Elle va évoquer la peinture impressionniste au travers de ses artistes célèbres. Ces articles sur l’Impressionnisme sont le fruit d’une longue documentation au travers de livre d’art.

Voir aussi Vincent van Gogh

0 comments on “L’impressionnisme peintres impressionnistesAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 29 =